Tapis magique… La route de la soie. « Kashgar au seuil de deux mondes ». 1/5.

De Xi’an à Tabriz. Octobre/novembre/décembre 2002 – mai/juin 2005.

« Kashgar au seuil de deux mondes ». 1/5.

Pendant deux millénaires, les voyageurs évoquaient l’oasis isolé de Kashgar en termes élogieux. Grâce à sa position privilégiée au carrefour des routes commerciales, jonction entre les pistes nord et sud de la route de la soie, l’oasis, dès le IIe siècle avant notre ère, prospère.

La région autonome ouïghour du Xinjiang est la province la plus septentrionale de la Chine et son nom signifie « nouvelle frontière ». Kashgar marquait la fin de l’Occident. C’est à partir d’ici que s’ouvrait la porte des mystères de la Chine, la contrée des hommes jaunes aux yeux bridés et l’étoffe fabuleuse dont chacun tenta de percer le secret, la soie. À la croisée des chemins de la géographie et de l’histoire, elle subit les vagues successives de conquérants, de nouvelles civilisations, l’influence de grandes religions. 

Au seuil de deux mondes, Kashgar a subi l’influence de l’Orient comme de l’Occident. Aujourd’hui encore, elle garde ses traditions anciennes. Fidèles, marchands, paysans, tous répètent des gestes centenaires.

Autour de la mosquée d’Id Kah, dans le quartier ouïghour, les rues sont bordées de belles demeures à deux étages. L’aywan, loggia, aux arcades coupées, déborde sur la rue sur toute la longueur de la façade. Sculptées de fleurs et de guirlandes et peintes de bleu foncé, turquoise, vert, jaune et rouge, souvent terni par le temps, ces maisons évoquent le faste du passé. Dans ce quartier commercial les magasins sont regroupés par spécialité : couteliers, chapeliers, cordonniers, luthiers, apothicaires, marchands de tapis… Les trottoirs sont occupés par des pigeons, des coqs de combat et des poules dans leurs cages, des montagnes de melons et d’œufs. Un barbier, installé sur une chaise devant son salon de coiffure, attend le client. Dans les boutiques du « Gold Bazar » se forment des attroupements de silhouettes voilées. Je souris à la vue d’une femme qui admire ses toutes nouvelles dents en or dans le miroir que lui tend son dentiste-orfèvre.

Tristement, Kashgar est au cœur d’un conflit éternel avec seulement un gagnant possible. Les Ouïghours, peuple turcophone et musulman sunnite, sont sévèrement opprimés par les Chinois Hans et des atteintes systématiques sont portées à leur langue, à leur patrimoine et à leurs traditions religieuses. Un conflit palpable, présent dans tous les aspects de la vie quotidienne.

Chine, Xinjiang, Kashgar, quartier ouïghour, mosquée Id Kah. Novembre 2002.
Chine, Xinjiang, Kashgar, quartier ouïghour, mosquée Id Kah. Novembre 2002.
Chine, Xinjiang, Kashgar, quartier ouïghour. Novembre 2002.
Chine, Xinjiang, Kashgar, quartier ouïghour. Novembre 2002.
Chine, Xinjiang, Kashgar, quartier ouïghour. Novembre 2002.
Chine, Xinjiang, Kashgar, quartier ouïghour. Novembre 2002.
Chine, Xinjiang, Kashgar, quartier ouïghour. Novembre 2002.
Chine, Xinjiang, Kashgar, quartier ouïghour. Novembre 2002.
Chine, Xinjiang, Kashgar, quartier ouïghour. Novembre 2002.
Chine, Xinjiang, Kashgar, quartier ouïghour. Novembre 2002.

Laisser un commentaire(votre e-mail n'est pas obligatoire)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s